Petit interview du projet Atelier de découpe de viandes collectif (63) accompagné par Prémices.coop en 2021

 

 

Pouvez-vous nous présenter votre projet Atelier de découpe de viandes collectif ?

Nous sommes une association d’une quarantaine d’éleveurs bovins, caprins et ovins du Puy-de-Dôme, aussi bien en agriculture bio que conventionnelle. Cette association Dômes Sancy Elevages a été créée afin de pouvoir utiliser l’abattoir de l’INRAe à Theix et ainsi nous permettre d’abattre nos animaux ici, proche de nos exploitations. En effet, il est insensé que dans un département d’élevage comme le Puy-de-Dôme, nous ne disposions pas d’outils de transformation et valorisation de nos animaux. Aussi, la réflexion nous a conduits à aller au-delà de cette activité d’abattage et de monter, collectivement un atelier de découpe de viande afin de permettre à nos adhérents de ramener de la valeur ajoutée sur leurs exploitations.


Quelles furent les raisons de votre candidature à lAAP Prémices ?

Ça a été un heureux concours de circonstances. C’est une adhérente qui nous a orientés dessus et au départ, on a déposé notre candidature pour commencer à « semer quelques graines » sans penser qu’on serait retenu. On voulait surtout que les gens commencent à entendre parler de notre projet, que ça les interroge et qu’ils soient curieux. En réalité, on a répondu à l’AAP en croisant les doigts pour que les membres du jury de sélection, même sans retenir notre projet, nous contactent ensuite pour en savoir d’avantage. C’est ça l’idée d’ensemencer.
 

Quelles sont les actualités de votre projet ? Quelles sont les prochaines étapes ?

Aujourd’hui nous sommes dans la réalisation des plans d’aménagement du futur atelier. Nous travaillons avec un bureau d’étude Synalim qui nous accompagne là-dessus parce que la réglementation sanitaire est très pointue et que ce n’est pas notre métier. Nous allons prochainement rencontrer la DDPP pour leur faire part de nos avancées et échanger avec eux sur nos obligations réglementaires. Il faudra ensuite partir à la rencontre des partenaires et on l’espère attaquer les travaux.
 

Face à une société qui s’interroge de plus en plus sur le bien-être animal, en quoi votre projet apporte des réponses ?

Redonner le pouvoir aux éleveurs de maîtriser leurs produits de A à Z c’est la meilleure façon d’être les garants du bien-être animal. Grâce à notre projet nous pourrons répondre aux exigences des consommateurs à savoir leur apporter de la viande locale et forcément de qualité. Le bien-être animal ce n’est pas que des pratiques d’élevage c’est avant tout un leitmotiv qui donne sens et finalité à notre métier passion.
 

Prémices porte cette année sur lalimentation résiliente, quest-ce que ce thème vous évoque ?

Aujourd’hui tout doit être résilient, à croire que c’est le thème du moment et la grande tendance. Mais la résilience c’est quoi exactement ? Littéralement c’est la capacité à rebondir, à surmonter les chocs alors c’est vrai que l’alimentation résiliente au premier abord ça n’évoque pas grand-chose. En revanche, ça permet de pouvoir interpréter de plusieurs façons différentes et ce qui nous parle c’est un système d’alimentation territorialisé, qui prend en compte les dimensions environnementales et sociétales, et qui s’affranchit en partie des intermédiaires. Il ne s’agit pas de réinventer des systèmes mais de les rééquilibrer afin qu’ils soient en adéquation avec leurs territoires.

 

Contact :

Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme Territoire Dômes Hautes Combrailles

33 ancienne route RN 89
63 210 ROCHEFORT-MONTAGNE
04.73.65.92.69
dhc@puy-de-dome.chambagri.fr